durgol

20 Janvier 2020

Étude durgol 2020  sur le ménage de printemps en Suisse, Allemagne et Autriche

Le manque de propreté : un sujet tabou entre amis et un motif de séparation au sein des couples

  • Une tradition de nettoyage éprouvée : trois quarts des Suisses, des Allemands et des Autrichiens effectueront un ménage de printemps en 2020
  • Pour 43 % des Suisses, le manque de propreté est un motif de séparation au sein d’un couple
  • 67 % des Suisses interrogés n’osent pas signaler le manque de propreté de l’appartement d’un ami
  • Le détartrage est un élément fixe du ménage de printemps : plus de la moitié des Suisses interrogés s’occupent eux-mêmes des travaux de détartrage
  • durgol fait un bon travail éducatif : 95 % des Suisses savent que le calcaire réduit la durée de vie des appareils ménagers
Dällikon, janvier 2020. Pour la quatrième fois, durgol, l’expert suisse en détartrage et nettoyage, a comparé les habitudes de nettoyage en Suisse, en Autriche et en Allemagne dans le cadre d’une étude indépendante réalisée auprès de 2400 personnes. L’étude actuelle sur le nettoyage de printemps révèle que, même dans une solide amitié, il existe des sujets tabous : seulement un tiers (32 %) des personnes interrogées de la région DACH signaleraient le manque de propreté de l’appartement d’un ami, tandis que plus des deux tiers (68 %) ne soulèveraient pas ce point. Un tiers d’entre elles (38 %) attirerait l’attention sur la nécessité d’un nettoyage intensif en donnant des conseils utiles [1].
 
@durgol

La propreté chez soi est également un sujet de discussion dans les relations de partenariat – près de la moitié des personnes interrogées (45 %) en discutent au moins une fois par mois. La volonté de compromis augmente toutefois avec l’âge : nettement plus de la moitié (60 %) des Suisses de plus de 40 ans (DE : 68 % ; AT : 66 %) sont satisfaits de la propreté dans la famille et dans le couple. En revanche, le manque de propreté est un sujet de controverse au moins une fois par mois pour 57 % des Suisses de moins de 40 ans (DE : 59 % ; AT : 56 %). Près d’un Suisse sur deux (46 %) de moins de 40 ans mettrait même fin à sa relation pour cause de manque de propreté (DE : 52 % ; AT : 47 %).
 
Le printemps motive à faire le ménage
Les jours sont de plus en plus longs et lumineux, la saleté accumulée à la maison devient de plus en plus persistante et visible – ce qui motive à faire les fameux grands nettoyages de printemps. Cependant, l’engouement pour les nettoyages de printemps a légèrement régressé par rapport à l’année précédente : alors que 80 % avaient prévu un grand nettoyage en 2019, cette année, seulement un peu moins des trois-quarts (74 %) de personnes interrogées de la région DACH souhaitent s’y atteler. La moitié de la région DACH (49%) y consacre entre deux et cinq heures. Pour un tiers (35 %) des Suisses, le rituel de nettoyage printanier peut même durer jusqu’à dix heures.
 

@durgol

Les femmes sont autonomes – une femme sur deux préfère nettoyer seule
Alors que l’an dernier, 88 % des personnes interrogées s’entendaient sur le fait que le nettoyage n’est pas qu’une affaire de femme, l’enquête de cette année révèle que la propreté du foyer en Suisse relève très largement de la compétence des femmes. Plus de la moitié (56 %) des hommes suisses confirment qu’ils sont soutenus par leur partenaire pour les nettoyages de printemps, alors que seulement 35 % des femmes comptent sur une aide masculine. Une femme sur deux (56 %) dans la région DACH préfère réaliser seule ses nettoyages de printemps – ce n’est le cas que pour un tiers des hommes (33 %).
 
Mais l’esprit d’équipe règne largement sur les ménages de printemps : 47 % des personnes interrogées dans la région DACH ont déclaré qu’ils nettoient en équipe. Les trois-quarts (79 %) des équipiers effectuent les grands nettoyages annuels en duo. Les jeunes Suisses (20-29 ans) comptent sur l’aide des parents pour leurs nettoyages de printemps. Les deux tiers (61 %) sont soutenus par leur père ou leur mère (DE : 41 % ; AT : 41 %), seulement 44 % comptent sur leur partenaire (DE : 59 % ; AT : 56 %).

Qui fait quoi ? La répartition des tâches en Suisse, en Autriche et en Allemagne
Le fait que les femmes préfèrent nettoyer elles-mêmes se reflète également dans la répartition des tâches : alors que la propreté de la salle de bains (68 %), de la cuisine (69 %) et des placards (68 %) dans la région DACH est une affaire de femmes, les hommes sont responsables du détartrage des appareils et des surfaces domestiques (64 %). Les hommes en Allemagne forment une exception, près de la moitié (45 %) astiquent seuls la cuisine. En Suisse et en Autriche (chacun à raison de 37 %), le nettoyage de la cuisine est moins populaire auprès des hommes.
 
Faire de la place pour de nouvelles choses : on fait régulièrement de l’ordre dans la région DACH
Les placards débordent, les étagères se remplissent, le manque d’espace de rangement se fait sentir. Mais que faire de tous ces objets inutilisés ? Alors que 46 % de personnes interrogées de la région DACH font les grands débarras au moins deux fois par an, une personne sur cinq (22 %) ne débarrasse les choses inutiles qu’une fois par an. 4 % affirment même ne rien posséder de superflu et ne considèrent pas cette activité comme nécessaire. Les grands débarras ne sont pas une affaire de couple : 70 % aiment faire seuls de la place pour de nouvelles choses.
 
Une méthode pour faire de l’ordre : la majorité (32 %) des Suisses attachent une importance particulière à l’harmonie dans leurs pièces d’habitation et suivent la méthodologie du Feng Shui. Les Allemands et les Autrichiens (26 %) ont un plan structuré pour les débarras, lequel se base sur une méthode suédoise. Le procédé de catégorisation des objets, tel qu’il est décrit dans la célèbre méthode de Marie Kondo, soi-disant révolutionnaire, n’est pas très populaire au sein de la région DACH – seuls 5 % des personnes interrogées s’y identifient.
 
Les Suisses sont les meilleurs « experts en calcaire » 
Selon les derniers résultats de l’enquête, par rapport à l’Allemagne et à l’Autriche, le pays d’origine de la marque de qualité suisse durgol est le mieux informé sur les effets du calcaire. Le fait que le calcaire réduit la durée de vie des appareils ménagers (CH : 95 % ; AT : 93 % ; DE : 91 %) et influence le goût du café dans la machine à café (CH : 85 % ; AT/DE : 82 %) est connu de presque tous les habitants de la région DACH. Le fait que le calcaire entraîne une consommation d’électricité supérieure (CH : 66 % ; AT : 68 % ; DE : 64 %) et favorise la formation des bactéries (CH : 67 % ; AT : 60 % ; DE : 61 %) est toutefois beaucoup moins bien connu des personnes interrogées.
 
 

@durgol
 
Jean-Luc Düring, spécialiste produit chez durgol, explique : « Pour l’hygiène et la fonctionnalité, il est important d’éliminer le calcaire efficacement et sans résidus. Parallèlement, les matériaux des appareils ménagers ainsi que les surfaces dans le ménage doivent être protégés et entretenus. Nous avons fait beaucoup de recherches et de nombreux développements pour adapter nos formules à ces exigences. Je déconseille les remèdes domestiques traditionnels, tels que le vinaigre ou l’acide citrique. Le vinaigre peut attaquer les matières plastiques et laisser une odeur désagréable, tandis que l’acide citrique peut former des dépôts insolubles dans les appareils tels que la machine à café. »

La connaissance des effets du calcaire influence la sensation dans nos appartements : un peu moins de la moitié (44 %) des participants au sondage perçoivent les dépôts de calcaire dans la maison comme particulièrement incommodants. Alors que la majorité des Suisses (47 %) et des Allemands (46 %) trouvent que le calcaire est le plus gênant dans les toilettes, pour plus de la moitié (54 %) des Autrichiens, c’est dans la salle de bains qu’il les dérange le plus. Et qui détartre dans la maison ? Deux tiers des Autrichiens (66 %) ainsi que des Allemands (60 %) et la moitié des Suisses (53 %) préfèrent effectuer eux-mêmes le détartrage. Cependant, le savoir-faire en la matière appartient à la génération des parents ; plus de 40 % des Suisses de 20 à 29 ans confient le détartrage à leurs parents (CH : 44 % ; AT : 21 % ; DE : 24 %). « Nous avons déjà accompli un vaste travail pédagogique et nos consommateurs savent que le détartrage professionnel des appareils ménagers et des surfaces est rapide et facile à effectuer », déclare Andreas Hunte, directeur du marketing, de la recherche et du développement, des ventes internationales et membre de la direction de Düring AG.
 
durgol pour le nettoyage domestique professionnel
Depuis plus de 65 ans, l’original suisse durgol propose des détartrants classiques, tels que le durgol express polyvalent, également disponible en variante écologique, durgol ecovite.
Les produits durgol peuvent être utilisés pour le détartrage et le nettoyage professionnel des bouilloires, des machines à café filtre, des machines entièrement automatiques, des systèmes à capsules et à dosettes de café ainsi que des machines porte-tamis, des douches, des robinetteries, des marmites à vapeur et, depuis peu, également des machines à laver. Les détartrants spéciaux spécifiques, respectueux des matériaux, tels que durgol nettoyant et détartrant pour lave-linge, durgol swiss espresso et durgol nettoyant pour système au lait, sont des produits adaptés à chaque appareil ménager.
Les nettoyants spéciaux pour la salle de bains et la cuisine de durgol sont efficaces contre la saleté, la graisse et le calcaire.
 

[1] Marketagent.com (institut d’étude de marché indépendant) mandaté par durgol, enquête représentative sur le thème des nettoyages de printemps en Suisse, Allemagne et Autriche avec un total de 2400 personnes interrogées, n = 800 interviews en ligne par pays (réponses simples et multiples) de personnes entre 20 et 69 ans, novembre 2019.
 

A propos de Düring SA
Depuis plus de 65 ans et trois générations, l’entreprise familiale suisse Düring SA développe, fabrique et distribue sous la marque durgol des produits ménagers hautement efficaces pour le détartrage. Grâce à de solides compétences dans le domaine du détartrage, durgol offre des produits d’une qualité supérieure à la moyenne et sa notoriété s’étend également à l’étranger. En Suisse et en Autriche, Düring SA est leader sur le marché du détartrage. L’Allemagne, la France, les pays du Benelux, les Etats-Unis et Israël représentent actuellement les principaux marchés d’exportation.
 
Plus d’informations au sujet de Düring SA et de durgol sur
https://www.durgol.com/fr/ch // www.youtube.com/dueringag // www.facebook.com/durgol


Au service des journalistes
Avez-vous des questions concernant Düring SA ou durgol? Nous y répondons volontiers.
 
Aline Rousseau | Mühle Tiefenbrunnen | Seefeldstrasse 229 | 8008 Zurich
E-mail: durgol@prfact.ch

CAS 1 / Si l'option est activée dans epresspack setting